9 façons de fêter l’Halloween… entre adultes!

Mardi, 28 octobre 2014, 15:02 | Catégorie : Au fil des saisons
Mots clés :

Les frissons, c’est aussi pour les grands enfants ! Neuf idées bien vivantes pour célébrer la fête des Morts.

1. Tournée des bonbons… avec d’autres parents. Vous avez de jeunes enfants ? Invitez des amis qui sont dans la même situation à passer l’Halloween avec vous. Choisissez le quartier le plus prometteur côté récolte de douceurs et arpentez les rues en groupe. Vous pourrez ainsi rattraper quelques conversations pendant que vos enfants remplissent leur sac ! De retour à la maison, pendant qu’ils déballent leurs trouvailles, poursuivez la discussion autour d’un morceau de tarte à la citrouille, d’une « infusion sanguine » (tisane fraise cassis) ou d’un « cocktail Dracula » (martini vodka canneberge).

2. Vous préférez la tournée des grands-ducs ? De nombreux bars, restaurants (et certains musées) organisent des soirées d’Halloween. Et tant qu’à être dans l’ambiance de Transylvanie, osez vous aventurer dans un bar gothique ! Avant d’aller hanter les lieux, donnez rendez-vous aux amis chez vous et déguisez-vous en prenant l’apéro. Préparez une trempette « squelette et cerveau », des sandwichs en forme de cercueil, des « doigts de sorcière » et grignotez des graines de citrouille rôties.

3. Sorties d’Halloween, dont le tout nouveau Peur Dépôt, au Carrefour Angrignon. Le concept : dix parcours sensoriels épeurants érigés dans des conteneurs lugubres. Des choix classiques et efficaces : la chasse aux fantômes du Vieux-Montréal ou ceux des plaines d’Abraham ou encore le « vintage » Rocky Horror Picture Show, au Cinéma Impérial. D’autres suggestions intéressantes ailleurs au Québec, dont Lhotel 54, à Ste-Anne-de-Sabrevois. C’est bien sûr l’occasion d’essayer L’Auberge du Dragon rouge, qui baigne dans l’esprit médiéval, ou les restaurants où l’on mange dans le noir (Au noir et Dans le noir).

4. Ciné frissons et effroyable réception. On se fait une soirée Ciné frissons, en louant quelques films d’horreur bien sentis, qu’on écoutera à la lueur d’une lampe de poche. Avant de grincer des dents, voici de quoi se mettre… sous la dent: risotto à la courge, petites citrouilles farcies au porc et au persil, sauce à l’orange. Pourquoi pas un party d’huîtres? Amusez-vous à baptiser vos plats, par exemple Escalope de saumon grillée aux cendres de l’enfer et légumes racines ou Diabolique longe d’agneau en sarcophage de feuilleté. Vous pouvez obtenir sur le site de Kraft Canada un guide de réception d’Halloween.

5. Soirée échangiste… de polars. Réunissez d’autres amateurs de peur et échangez-vous les polars qui vous ont tenus éveillés des nuits durant. À la lumière d’une chandelle, faites la lecture d’un extrait percutant. Les ados peuvent échanger entre eux des romans de la collection Chair de poule. Quant aux plus jeunes, installez-les devant une vidéo d’Halloween (ex.: L’Halloween de Dora, Benjamin, Bob l’éponge ou des Razmoket).

6. Faites-vous raconter des histoires. Le Festival interculturel du conte du Québec propose jusqu’au 27 octobre différentes soirées de conte dans différentes régions.

7. Esprit, es-tu là ? La nuit du 31 octobre, qui marquait la fin de l’année celtique, est propice aux prédictions, comme le faisaient autrefois les druides ce soir-là. Si vous connaissez des gens qui tirent aux cartes, invitez-les. Vous pouvez aussi disposer sur la table le jeu de prédictions Les dés de la destinée ou un livre qui traite de numérologie. Même si on est sceptique, le divertissement est garanti ! En version moins « ésotérique » : on sort notre « boucle de cristal » pour réfléchir à notre futur, celui de notre famille, de notre organisation, de notre communauté, etc.

8. Soirée Meurtre et mystère. Le but est de résoudre l’énigme, c’est-à-dire de découvrir le meurtrier. Le resto de la Ruelle, à Montréal, propose des scénarios divertissants à souhait, dont Funeste noce. Et il y a toujours les classiques soirées Meurtre et mystère à la maison. Chaque invité doit incarner un personnage, attribué par l’hôte de la soirée. L’idéal est de jouer pendant un repas, chaque «scène» correspondant à un service. On trouve les jeux dans les magasins spécialisés comme Le valet d’cœur, La Tour de jeux ou La boîte à Nanny (sur Internet).

9. Fuir nos peurs… avec la course Apocalypse. Avec la popularité de la course à pied, pas étonnant qu’on ait conçu des courses thématiques. Celle-ci, à Montréal, propose la course Apocalypse (5 km et 10 km) et la course des citrouilles, pour les enfants (1 km).

Bookmark and Share

Célébrer l’Action de grâce

Vendredi, 10 octobre 2014, 10:16 | Catégorie : Au fil des saisons
Mots clés : ,

actiondegrace L’Action de grâce est à l’origine une fête religieuse pour remercier Dieu pour l’abondance des récoltes et la générosité de la nature. Il est bon, au moins une fois par année, de s’arrêter pour apprécier cette nourriture qui nous fait vivre et, par extension, les bontés qu’on reçoit, au-delà des ennuis quotidiens et des rebuffades de la vie. Et ça tombe bien, au Québec, c’est un jour férié!

Quoi faire à l’Action de grâce?

  • La classique dinde de l’Action de grâce. Dans plusieurs familles, on se réunit pour un souper, dont la vedette est sans contredit la dinde. Bien sûr, vous pouvez aussi apprêter le dindon de manière gastronomique, grâce aux petites coupes désormais offertes sur le marché. Mais présenter une dinde entière, rôtie au four pendant des heures dans son jus, est toujours du plus bel effet. Les traditions réconfortent!
  • Une fête des moissons. Rendez-vous au marché public pour profiter de l’exubérance de la nature. C’est aussi le temps idéal pour mettre vos récoltes en pots, visiter un vignoble ou une ferme.
  • Planter nos bulbes. Si c’était déjà prévu à votre agenda automnal, pourquoi ne pas le faire en ce jour d’Action de grâce?
  • Faire craquer les feuilles d’automne. Chaque Action de grâce, la montagne m’appelle. Cette marche en forêt est ma façon de dire merci à la vie. Ce rituel auquel je suis fidèle m’aide à composer avec les renoncements nécessaires, à accepter les cycles de la vie et la maturité que commandent certains projets.
  • Une petite retraite en soi. Les mains dans la terre, on ne pense à rien ou bien on réfléchit à ce dicton: On récolte ce que l’on sème… Tel qu’exposé dans L’art du bonheur du dalaï-lama, on songe à l’interdépendance car on dépend tous les uns des autres, que ce soit par ce qu’on mange ou ce qu’on porte.
  • Inaugurer un journal de gratitude. Inscrivez-y les petits réconforts de la journée, les petits plus qui ont mis du soleil dans votre quotidien. Très utile pour se remonter le moral en période de «lune noire» (comme j’appelle mes mauvais jours).
  • Remercier quelqu’un qui est important dans votre vie. À des amis proches, j’ai déjà envoyé une petite carte symbolisant l’arche de Noé et ses animaux essentiels à la poursuite de l’espèce en indiquant qu’ils étaient, eux, nécessaires à la poursuite de mes rêves. Invitez une copine ou une collègue à luncher pour la remercier de ce qu’elle vous a apporté et, dites-lui!
  • Faire profiter à d’autres de votre talent et de votre chance. Si vous en avez les moyens, envoyez un don à un organisme de charité ou encore inscrivez-vous à un club de troc. Après tout, de nos jours, le fruit de notre travail n’est pas nécessairement… des fruits et des légumes! Ainsi, vous pourriez partager votre talent avec celui des autres.

Depuis quand fête-t-on l’Action de grâce?
Pour les Celtes et les Slaves, la coutume était liée à la croyance d’une mère des semences tandis qu’en France et en d’autres pays d’Europe, la plus connue des célébrations des moissons se faisait le 11 novembre, jour de la fête de saint Martin.

Au Canada, des rites d’Action de grâces étaient célébrés localement pour l’abondance des récoltes, mais aucune journée précise n’y est consacrée avant le XVIIIe siècle. La fête fait son apparition vers les années 1750 en Nouvelle-Écosse où elle est introduite par les Loyalistes. L’Action de grâce sera fêtée de façon aléatoire jusqu’en 1957, où elle est fixée au deuxième lundi d’octobre.

Et qu’en est-il du Thanksgiving des Américains? Elle aurait pour origine la première récolte, en 1621, des Pères Pèlerins, ces colons anglais émigrés en Amérique en 1620 à bord du Mayflower. Au contact des Amérindiens, ils apprirent à chasser le gibier (dont le dindon sauvage) et à cultiver le maïs. Et voilà pourquoi on mange de la dinde ce jour-là!

Bookmark and Share

Rituels pour la rentrée scolaire

2013-08-29 07.56.23Je vous invite à lire cet article sur Yoopa sur les rituels autour de la rentrée scolaire, dans lequel je suis interviewée. J’ai également eu l’occasion de chroniquer à Salut Bonjour! sur le sujet il y a déjà quelques années.

J’y propose certaines idées pour faciliter la transition entre l’été et la rentrée scolaire. Car avant d’entrer dans une nouvelle étape, il faut d’abord sortir de l’autre. Honorer les bons moments que nous avons vécus, boucler la boucle.

Personnellement, j’aime la classique photo devant la maison le premier jour d’école (les enfants indiquent avec leurs doigts leur degré scolaire) – un rituel familial (paternel en fait) que ma soeur et moi renouvelons avec plaisir.

Cette photo date de l’année dernière (2013). Fiston était alors «dans la semaine chez papa». Je n’ai cependant pu m’empêcher d’aller lui voler un petit bisou dans la cour d’école. Ceci dit, mon «sujet» m’a clairement fait comprendre que, ben, il n’est plus un bébé et que les bisous de maman devant les amis, c’est chose du passé… Alors, le rituel, finalement, il est plus pour moi que pour lui ;-) .

Et si c’est vraiment votre petit qui a besoin d’aide pour vivre cette transition, je suggère le livre Petit Loup rentre à l’école, de Solène Bourque, qui a collaboré sur NosRituels.com.

Les autres rituels scolaires que j’aime bien:

  • L’épluchette de blé d’Inde, symbole des récoltes estivales. Cette année, j’ai dû annuler notre classique épluchette familiale (qu’on appelle aussi la Fête des Lions, parce qu’elle accueille aussi l’anniversaire de mes fils et de ma sœur, tous trois nés en août) pour cause de pluie diluviale. Et c’est en écrivant ce texte que je réalise à quel point ce rituel m’aide à «boucler la boucle» sur l’été. Alors, vous savez ce qui est au menu ce week-end!
  • Louer des vidéos qui ont un lien avec l’école. Avec Vincent, nous avons misé l’an dernier sur le très léger L’école du rock. Yeah baby! Ça aurait pu être Mademoiselle C ou La Société des Poètes disparus, en hommage à ce grand clown triste disparu, Robin Williams… Si vous cherchez des idées, je propose le blogue de mon ami Ugo, celui d’un cinéphile et sa fille qui partagent leurs coups de cœurcinéma!
  • Regarder ensemble les photos des vacances et en imprimer quelques-unes. En 2013, nous avons profité de cette période pour réaliser un mini album photo de nos vacances au Mexique, imprimé sur le site de Jean Coutu.
  • Les pommes, ben oui! Acheté une crème à la vanille pour les tartes que je ferai bientôt j’espère. La recette de maman, «full cannelle et muscade». Et dans ma nouvelle cour, j’ai maintenant des prunes!
  • Bières & Saveurs, sur le bord du Richelieu, à Chambly, est mon rituel de transition vers l’automne. D’autant que j’y ai eu mon bureau quelques années. Et ça tombe bien, c’est aussi le week-end de l’anniversaire de ma sœur Marie-Claude, avec qui je «fréquente» le Bières & Saveurs.

Allez, bonne rentrée!

Bookmark and Share

La mer, notre rituel estival

Mardi, 15 juillet 2014, 10:58 | Catégorie : Au fil des saisons, Nos p'tits rituels
Mots clés : , , ,

Un billet tiré du blogue Les (Z)imparfaites

Pour certains c’est le camping, pour nous c’est la mer. Cet été encore, elle nous attire comme un aimant et nous voilà en vacances à Cape Cod. Pas à Virginia Beach, pas à Wildwood ni à Ogunquit. Nous, c’est Cape Cod. Parce que c’est à seulement 7 heures de route (détail non négligeable!) mais surtout parce qu’on s’y est sentis bien dès la première vague alors qu’on initiait les enfants à la mer.
Et parce qu’on croit aux rituels, on compte y revenir encore et encore année après année. Pas par manque d’originalité mais pour ancrer solidement ces souvenirs estivaux dans la tête de nos trois petits vacanciers. Pourquoi changer de «mer» quand on s’y plaît? Et pourquoi les emmener plus loin quand ils en redemandent? Quand ils en auront marre de Cape Cod et du homard, ils auront l’âge de voyager outremer et d’en apprécier la valeur.
Alors d’ici là, on répètera notre rituel estival, ajoutant chaque année un souvenir de plus dans notre précieuse mémoire familiale.
Bookmark and Share

La fête des Pères, quand Papa n’est plus là

Dimanche, 15 juin 2014, 14:25 | Catégorie : Au fil des saisons
Mots clés :

PHOcf9072ee-d435-11e2-84ca-4a6a2612ed1d-805x453Ce dimanche 15 juin, c’est la fête des Pères. Pour ceux et celles qui ont perdu leur père récemment, cette journée peut faire surgir des émotions encore très vives. Pour d’autres, c’est la mémoire de souvenirs qui se réveille…

La fête des Pères est l’occasion de souligner l’amour et l’attachement que nous avions pour notre père, celui dont nous sommes encore l’enfant malgré tout, celui pour qui nous avons voulu devenir quelqu’un. C’est la journée pour honorer ce qu’il nous a transmis.

La fête des Pères prend une couleur différente au fil des ans, selon l’âge que nous avions au moment de son décès et la relation que l’on avait avec lui. De même, notre vision du père change avec le recul et le temps qui passe. Si notre papa était le héros de notre enfance, en vieillissant, toutefois, on a certainement pu faire le deuil non seulement de notre père, mais du père parfait. Le souvenir que l’on évoque n’a donc pas la même charge émotive.

Si la relation avec notre père n’était pas facile

Rappelons-nous qu’il n’y a pas d’école pour devenir parent et que certains pères ont peut-être surestimé leurs capacités parentales. D’autres ont simplement reproduit ce qu’ils ont connu. Parfois, notre père n’a pu nous donner tout l’amour que l’on aurait voulu, parce que lui-même ne l’a pas connu avec son propre père. La génération à laquelle il appartenait donne aussi le ton. Ainsi, les hommes plus âgés n’ont pas appris à verbaliser leurs sentiments. Leur rôle était d’assurer la sécurité, d’être pourvoyeur, et c’est ainsi qu’ils exprimaient leur amour.

Si nous nous en sentons capables, pardonnons les écarts, laissons aller les attentes non remplies. Faisons la paix, du moins avec nous-mêmes. Trouvons du réconfort et quelques explications dans des livres qui traitent de la relation père-fils ou père-fille.

Au besoin, peut-être est-ce le temps d’entreprendre une démarche psychologique pour libérer certains souvenirs douloureux qui ont encore une emprise malsaine dans notre vie. C’est peut-être aussi la journée pour explorer des manières de mieux communiquer et de développer nos propres compétences parentales qui éviteront de reproduire à notre tour certains comportements malheureux.

Enfin, la fête des Pères peut aussi être l’occasion de célébrer les liens qui nous unissent avec un oncle, un parrain ou un mentor.

Pour garder le souvenir de notre père bien présent, quelques idées :

  • Recueillons-nous au columbarium ou près de son monument funéraire.
  • Couchons sur papier ce qu’il nous a appris et que l’on souhaite transmettre à nos propres enfants, s’il y a lieu.
  • Perpétuons une activité que l’on aimait pratiquer avec notre père, la pêche par exemple. Si on a des enfants, parlons-leur de leur grand-père. Profitons de cette journée pour en apprendre davantage sur le père de notre père ou celui de notre mère. Cela nous permettra de retracer le fil de notre lignée commune et de réaliser en quoi certaines expériences se répètent d’une génération à l’autre. Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient en se racontant notre histoire.
  • Plongeons dans nos albums-photos à la recherche de souvenirs mémorables ou encore réalisons un collimage (« scrapbooking ») en famille. En fond sonore, de la musique qu’il aimait écouter.
  • Impliquons-nous dans une cause que notre père soutenait. Ce peut être d’aller donner un coup de main à un organisme appuyé par Les Chevaliers de Colomb ou tout autre organisme dont notre père était membre, prendre la décision d’arbitrer à notre tour les matchs de soccer au parc du coin ou, plus simplement, faire un don à une cause associée à son décès, par exemple la Fondation des maladies du cœur du Québec ou la Fondation québécoise du cancer.

(Lire la suite…)

Bookmark and Share

Des idées pour célébrer la Fête des Mères

Maman, la plus belle du monde
Interprétée par Tino Rossi, Luis Mariano ou Henri Salvador, cette chanson suavement rétro me touche.

«Car tant d’amour inonde tes jolis yeux/Pour toi, c’est vrai, je suis malgré mon âge/Le petit enfant sage des jours heureux.»

Pour célébrer ce lien unique, des suggestions pour renouveler le genre, selon l’identité de la maman: la tienne, la mienne, celle de mes enfants (je parle ici aux papas!), celle qui est nouvelle maman, celle qui ne l’est plus ou celle qui ne l’a jamais été…

Par Chantal Dauray

Ma mère – ou celle de mon conjoint

  • Accompagnez-la à son activité préférée… ou faites-lui en découvrir une nouvelle! Des exemples : une soirée ciné; une exposition au musée; un tour guidé en autobus ou en train; une activité brico (café-céramique, scrapbooking, ateliers dans les magasins comme DeSerres ou L’Oiseau Bleu), etc.
  • Rallye de plantation. Achetez vos annuelles ensemble au centre de jardinage pour acheter nos annuelles et faites un rallye de plantation: tantôt chez elle, tantôt chez vous.
  • Un p’tit thé, darling? Donnez-lui rendez-vous dans un salon de thé, qui fait honneur à ce breuvage réconfortant, qu’il soit servi à l’anglaise, à l’orientale, à l’indienne ou façon bubble tea.
  • Une tournée des antiquaires. Elle a un coup de cœur? Ce sera son cadeau.

Celle qui nous a nourri

  • Un pique-nique au parc, s’il fait beau. Préparez des petits plats savoureux, apportez une belle nappe et ouvrez le premier rosé de l’année.
  • Un repas composé de nos classiques d’enfance. Ex.: soupe poulet et nouilles, poulet rôti, tarte aux pommes.
  • Le brunch… exotique. Découvrons le dim sum, dans le quartier chinois, ou essayons un restaurant libanais, indien, pakistanais, japonais, tibétain. Certains petits traiteurs ethniques feront voyager vos papilles à la maison.
  • Un cours de cuisine en duo.

Celle de mes enfants

Papas, faites aller votre imagination. La fête des Mères, c’est aussi pour la mère de vos enfants, pas seulement votre mère à vous!

  • Offrez-lui une plume et du beau papier. Suggérez-lui d’écrire une lettre pour chacun de ses enfants, qui leur sera remise au moment où ils deviendront à leur tour des parents.
  • Papa organise un souper «tapas». Concoctez un souper en plusieurs services pour les mères de votre vie : la vôtre et celle de vos enfants! Ou offrez-lui un chef à domicile!
  • Chaque année, tracez le contour des mains de vos enfants et faites-le encadrer, avec la date. Un repère visuel éloquent à présenter à maman!
  • Une journée au spa. Voilà un cadeau qu’apprécieront la plupart des mères: massage, soins de la peau, manucure, pédicure (à temps pour les sandales d’été!)
  • Un cadeau «passion». Parce que vous reconnaissez qu’elle est aussi une femme à part entière, encouragez-la dans l’un de ses dadas…

Petit bonheur perso
C’était un matin qui s’étirait paresseusement (rare, si rare!)… 11h et personne dans la maison? Le papa de Vincent m’avait laissé un mot à la cuisine : «J’ai pensé que ce dont tu avais le plus de besoin, c’est de repos. Alors, je suis parti me promener avec Vincent. Il y a du café et une baguette.» À côté, le journal, deux nouveaux magazines et deux CD («cadeaux» de mes deux enfants). Bonheur! Chers papas, voilà une suggestion que je recommande haut la main!

La mère, c’est moi!

  • J’écris une lettre à mes enfants ou quelques pages de leur journal.
  • J’organise une séance de photos avec mes enfants et ma propre mère.
  • Je m’offre un plaisir rien qu’à moi… Prendre soin de soi aide à prendre du recul et ainsi être une maman plus calme et épanouie.
  • Je plonge dans mes albums-photos, vidéos et diapositives pour une petite virée dans le passé! Et si je demandais à ma mère de raconter à mes enfants des anecdotes de mon enfance, des fois que ça les amuserait de savoir que j’ai déjà fait des mauvais coups, moi aussi?

Les nouvelles mamans

Pensons à saluer les mamans autour de nous, surtout celles qui entrent dans le «cercle des mamans». Envoyons à ces dernières une carte en lui donnant notre meilleur conseil qui serait sans doute… de se fier à sa propre intuition ;-) .
On peut aussi organiser une fête des Mères «défouloir» avec nos amies, en s’inspirant des Chroniques de Mère Indigne ou des Z’Imparfaites! Une excellente idée cadeau, par ailleurs!

Maman n’est plus parmi nous?

  • On se recueille sur son monument funéraire ou au columbarium et on couche sur papier ce qu’elle nous a appris, ce qu’on souhaiterait à notre tour transmettre à nos enfants.
  • On peut aussi faire un don à une organisation que maman appuyait ou à un organisme qui aide les mères et les enfants.

Je ne serai jamais maman…

Si la Fête des Mères évoque pour nous le regret de n’avoir pu donner le jour, prenons le temps d’accueillir notre peine et de transformer ce désir de maternité. Par exemple, en donnant naissance à un projet créateur, en s’inscrivant à des cours d’art ou en marrainant un enfant en devenant Grande Sœur ?

(Lire la suite…)

Bookmark and Share

5 conseils pour célébrer Pâques avec originalité

Jeudi, 10 avril 2014, 8:00 | Catégorie : Au fil des saisons, Traditions d'ici et d'ailleurs
Mots clés :


1. Pâques, c’est l’occasion de repartir à « neuf ».
Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, profitez-en pour faire un grand ménage du printemps dans vos classeurs et vos ordis.

Après tout, en Grèce, la semaine pascale est le moment du grand tri de vêtements, de vaisselle et d’autres objets. Puisqu’il y a eu résurrection, donc espoir de vie nouvelle, les maisons et les corps extériorisent le renouveau. Pour votre grand ménage, je vous suggère la lecture du livre L’art de l’essentiel, de Dominique Loreau.

2. Envoyer des lys de Pâques à une personne qui a su « ressusciter » au cours des derniers mois.

Et si vous souligniez ainsi le retour d’une employée d’un congé de maladie ?

3. Organiser un brunch littéraire où les oeufs sont en vedette. On échange des romans et des livres qui aident à mettre du printemps dans notre vie et qui « vitaminent » le moral. Ou bien encore un festival de films qui « font du bien ».

4. Une tournée de suçons à l’érable au bureau. Ou même, de la tire sur la neige !

5. Chasse aux oeufs de Pâques originale. Vous pourriez en profiter pour annoncer certaines nouvelles grâce aux énigmes qui mènent aux cocos ou encore en faire ne tradition pour les enfants des employés.

Pour en savoir plus sur Pâques et revisiter nos traditions: le guide Célébrons! Au fil des saisons (Publistar).

Pour d’autres suggestions d’activités:

Bookmark and Share

Une chasse aux cocos… entre voisins?

Vendredi, 4 avril 2014, 13:33 | Catégorie : Nos anniversaires
Mots clés :

VS_ChasseauxoeufsPour télécharger la fiche d’activités, c’est ici.

Bookmark and Share

La Saint-Valentin avec notre p’tite tribu!

Lundi, 10 février 2014, 9:57 | Catégorie : Au fil des saisons, Nos p'tits rituels
Mots clés :

Quelques idées pour célébrer la Saint-Valentin avec vos moussaillons!

  • Un menu original, choisi par vos marmitons, avec du jus de raisin ou du mousseux non alcoolisé dans un coupe en plastique.
  • Des petits cœurs en chocolat ou en cannelle glissés dans leur boîte à lunch ou une serviette de papier avec des mots d’amour.
  • Des sandwiches en forme de cœur réalisés à l’aide d’un emporte-pièce.
  • Des cœurs de papier rouge découpés, sur lesquels chaque membre de votre clan écrit des mots tendres, une qualité qu’on perçoit chez les autres, un petit geste qu’on fera pour eux. Au dessert, «ouvrez» nos cœurs: émotion assurée!
Bookmark and Share

Célibataire, je fête la St-Valentin… entre amis!

Samedi, 8 février 2014, 10:06 | Catégorie : Au fil des saisons, Nos p'tits rituels
Mots clés :

Au Mexique, c’est aussi la fête de l’amitié! Et si on chipait aux Mexicains cette belle tradition?

  • Réunissez vos amis autour d’un repas (mexicain, tiens!) pour leur témoigner de la place unique qu’ils occupent dans votre vie.
  • Sortez les mouchoirs! Chacun apporte son film romantique chouchou et on vote pour le baiser le plus langoureux…
  • Faites une «déclaration d’amitié» à quelqu’un avec qui vous souhaitez investir davantage ou faites le premier pas vers une personne que vous avez envie de mieux connaître.
  • Mère monoparentale? Invitez une amie et proposez à vos enfants de faire de même. Sur un gâteau au chocolat en forme de cœur, allumez des chandelles au nom de l’amitié!
  • Célibataire? Offrez de garder les enfants d’amis afin qu’ils passent une belle soirée en amoureux. Ou mettez à l’agenda une journée de «petits plaisirs qui font du bien».
Bookmark and Share